Mon panier

 x 

Panier Vide

L’Amour

Ou le chant Français

Joan Diego Florez

 

Le fameux extrait de l’opéra de Charles Gounod Roméo et Juliette Ah ! Leve-toi soleil !

Donne  le titre à cet album avec lequel le célébrissime ténor d’origine péruvienne vivant en Italie à Pesaro, a réuni douze chants français comme en  panache de notre patrimoine lyrique et musical. Douze extraits  d’opéras français du XIX ème siècle.

Si difficiles à rendre en raison de notre langue qui exige un prononciation sans accent et une musicalité sans accrocs, dénuée de toute tentation et tentative de racolage de l’auditeur.

Honneur à Hector Berlioz dont il nous donne un extrait des Troyens  Ô blonde Cérès. Serait-ce une promesse ? Il vient de  chanter l’Arnold du Guillaume Tell de Rossini. Que chantait Chris Merritt . Alors à quand Enée  de ces fameux Troyens ?

Le phrasé et le sentiment exprimés avec une telle flamme et une telle élégance me laissent espérer. 

 

Tout comme son admirable, le Werther et ses deux  remarquables :

 Ô nature pleine de grâce suivi de Pourquoi me réveiller ?

 Le timbre clair l’aigu envolé comme un vent de sirocco  déjà atteint par la tristesse. !

La Dame Blanche : ah ! Quel plaisir d’être soldat et Viens gentille dame  pour laquelle l’humour le dispute au brio.

Et que dire de cette Fantaisie aux divins mensonges extraits de Lakmé de notre cher Delibes qui vous attend suivi de  Oui je veux promener mon âme vagabonde du Mignon d’Ambroise Thomas. Voici pour l’art de changer d’atmosphère et d’expression sans dévier d’une ligne de chant toujours maîtrisée et musicalement parfaite.

Et nous ne manquons pasAu mont Idaextrait de La Belle Hélène de J.Offenbach            qui vous semblera irrésistible par son mélange de folles envolées  teintées d’humour et de tendresse et de truculentes fantaisies.

La jolie fille de Perth de G.Bizet ne manque pas avec son À la voix d’un amant fidèle.

Vous aurez également le Postillon de Lonjumeau dont seuls Gedda et John Aller furent capables à notre époque de rendre la parfaite plastique et l’élan dominateur de ce fameux Do5 passage obligé de tous les interprètes et plus haute note écrite pour ce registre.

Nous n’avons pas La fille du Régiment, car un DVD et un CD ont largement diffusé JDF dans ce rôle. Qu’importe ! Nous avons avec  l’inattendu Favorite de Donizetti en version française  un plaisir absolu. Accompagné du baryton Sergey Artamonov en Balthazar ce dual révèle s’il en est besoin le sens tragique que sait donner à ses prestations cette belle voix parvenue à une ample puissance murie et toujours chargé d’émotion spontanée.

Lorsque Juan Diego Florez âgé de 23 ans,  apparut sur l’immense scène du Festival de Pesaro en Août 1996 pour remplacer un ténor “lambda“ incapable d’apprendre la partition du Corradino cuore di ferro-rôle d’une virtuosité repiquée de difficultés totales et  personnage de Mathilde de Shabran de Gioacchino Rossini, ce furent  choc et  bouleversement à vous laisser collé au fauteuil. Nous avions là, un ténor rayonnant, puissant  d’une  juvénile aux réserves sans fin, capable d’élaborer les  virtuosités pyrotechniques les plus élaborées !

Arrivé cette année là  à Bologne pour le concours de recrutement du prestigieux Festival,  engagé immédiatement pour chanter dans Riccardo et Zoraïde, il se trouve en répétition sur le lieu alors que le surintendant  Lucas Ferrari soudain privé d’interprète pour Mathilde de Shabran risque le pari et confie la partition au jeune chanteur. JDF se passionne pour cette œuvre et relève ce défi incroyable !

Les aigus brillants, le légato d’une folle aisance, il émettait son chant aussi naturellement qu’il aurait prié un Dieu magnifique et tutélaire. L’engagement, la volonté de répondre aux exigences de la partition  dans tous leurs secrets étaient ceux d’un fils de chanteur populaire Ruban Florez. Celui-ci, musicien et chanteur  de grand cœur  émouvait  son Pérou natal avec un talent populaire et noble à la fois. Par des chansons péruviennes comme de modernes essais .Et le fils  d’instinct chanta comme son papa.

Avançant dans une jeune carrière il composa ses propres airs et poèmes et remporta des succès de Pop star à l’âge de l’adolescence. En 1989 à 16 ans il gagne le concours de chant pour la Paix  du Pérou. Le succès inspire sérieusement le père et le fils à donner un cours plus solide à ce métier qui semble fort bien tenir au jeune prodige.

Suit donc l’inscription aux cours  de plusieurs professeurs suivi de l’entrée au Conservatoire national de musique de Lima. Enfin la rencontre avec le chef des Chœurs Andrès Santa Maria  qui le dirige. Sa présence constante au  bain de musique classique lui permet de chanter un répertoire qui  fonde sa vocation de ténor lyrique. Le jeune homme  en 1994 rencontre  à Lima le célèbre ténor Ernesto Palacio  qui  le guide dans ses choix et lui fait connaître l’Italie où les deux artistes se rendent ensemble à deux reprises. JDF enregistre avec Palacio deux disques : de Martin Soler Il tutore burlato et de Zingarelli Le Tre ore dell'Agonia  Et, ainsi  le bel oiseau de paradis avec de telles capacités, doublée  d’une curiosité et d’un appétit d’apprendre  si dévorants gagna le concours d’entrée au Curtis institut de Philadelphie. Trois années  de 1993 à1996  qui lui donnèrent toutes les  chances de finalise  et  forger ses formidables qualités naturelles   .  

Ainsi donc quelques jours avant la première de Mathilde de Shabran à Pesaro [1], le chef  Yves Abel [2]avec lequel nous avions rendez-vous pour un entretien,  affirma que ce jeune ténor serait étonnant dans ce rôle concocté par Rossini alors à son plus bel âge. Et ce fut exactement le cas le soir de la générale et celui de la première.

Je repris des places pour revoir les deux représentations suivantes, au Palazzo dello Sport  de Pesaro. Et cette année là demeure un grand souvenir  dans ma mémoire bien que j’ai eu le bonheur de réentendre et revoir J.D.F dans d’autres lieux et rôles tous magnifiquement chantés et joués. En 2013

Je vous ai récemment parle du DVD paru également chez DECCA venu du crû de Pesaro en 2012  dans une mise en scène parfaite pour les nouveaux  lieux

Si vous souhaitez faire le voyage  en Mai, juin ou fin juillet à Munich vous l’entendrez dans le Barbier de Séville. Je pense plutôt pour ma part l’entendre et le voir à la Scala de Milan dans le Comte Ory de Rossini en Juillet.

Cette année il ne sera pas à Pesaro.

En attendant suivons le avec ce merveilleux enregistrement fait en l’honneur du chant en français dont certains cuistres et autres Diafoirus de la musique disent que le chant français est difficile !

Bravo également à Roberto Abbado et à l’Orchestre du Téatro comunale di Bologna, celui là même que nous avons à Pesaro en permanence.

Amalthée

 



[1] Pesaro ville natale de Rossini où se déroule chaque année le ROF. Rossini opera festival

[2] Ce merveilleux chef canadien dirigeait alors l’opéra français de New York.

Connexion

Les livres

Hélène Cadouin dite "AMALTHÉE"

Borde Basse

82 150 Saint Amans du Pech

France

06 44 02 32 12

Aller au haut