Mon panier

 x 

Panier Vide

 Après plusieurs romans  historiques passionnants et sans guimauve voici notre auteur revenant sur ses pas d’éminent  juriste. Il y met la science pointue de son métier, la bienveillance de l’homme de lettres  et la clarté de l’enseignant.

Cet ouvrage ne vous fera pas entrer dans une Église en dévotion pour autant,mais  ne vous fera pas l’éviter non plus. Vous en sortirez content d’avoir tant appris en si peu de temps et vous y reviendrez. L’histoire est une passion bienfaitrice. Voici un ouvrage à lire, peut être en écoutant les Variations Goldberg de Bach ?

Le sujet est connu, le chemin à parcourir également. Pourtant que de révélations !

La foi n’est pas le sujet de cet ouvrage. Seulement une donnée de l’analyse du personnage historique. (G.Guillaume)

Voici  donc le premier procès de l’histoire parfaitement instruit et plaidé!

Des hommes, juifs, qui se prévalent de la loi biblique les régissant ,viennent devant le Nazaréen. Connu pour ses prêches de retrouver la foi de base, cet homme étrange gène de plus en plus. Il enseigne. Alors ces hommes lui lancent ce défi :

Maitre cette femme a été surprise au moment même où elle commettait l’adultère. Moïse nous a ordonné dans la loi de tuer de telles femmes à coups de pierres. Et toi qu’en dis-tu ?

Nous connaissons à peu de mots près la réponse de  Jésus à ces perfides hypocrites (Pharisiens et juifs en foule) qui le veulent précipiter dans un piège :

Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre !

Nul n’ose…Malgré l’envie…Bien que l’on approche de la période du sacrifice du Nazaréen et de sa mise a mort.

Jésus termine en disant à la femme : Va et ne pêche plus.

Donc il pense et a compris que la “femme“ avait commis ce dont on l’accuse.

Mais il est sur cette terre pour adapter sinon  “édulcorer“ la religion de Moïse. Il sait son futur sacrifice. La religion de Moïse est dépassée. Indispensable aux pionniers s’installant sur la terre promise est devenue  – sous la domination romaine actuelle-  “sauvage“ et inhumaine. Loi des mâles au délà de tout entendement.

Marcel Prélot et Georges Lescuyer [1] écrivent du christianisme qu’il s’agit de la “Révolution chrétienne“. Alors que le paganisme était un naturalisme, le christianisme situe Dieu en dehors de la nature visible……À une mythologie il substitue une métaphysique.

Source première de l’ouvrage l’Évangile de Jean.  Jean mourut à Éphèse (Turquie actuelle) .Il aurait vécu 90 ans et aurait pu être un témoin oculaire.

Reprenons la définition de cet ouvrage donnée par son auteur :

La foi n’est pas le sujet de cet ouvrage. Seulement une donnée de l’analyse du personnage historique. (G.Guillaume)

Il s’agit de rapporter un procès.  Un procès oral auquel des témoins assistèrent. Les personnages qui entourèrent Jésus sont consignés dans d’autres écrits que les Évangiles. Il n’importe que ce procès ne dure que quelques instants. La densité de ce qui le précède dans le temps et les événement  se recoupant , rapportés par des contemporains  inscrits dans nombre d’ouvrages corroborent l’histoire d’un homme, Jésus de Nazareth, qui marqua le début de l’ère dans laquelle nous vivons encore à présent.

Aujourd’hui nul historien, scientifique sérieux, nul personne pensante ne peut nier la       “ figure “ ni l’existence historique du  nommé Jésus. Et ce quand bien même il n’est nullement d’une ou autre confession religieuse. La foi n’est pas une opinion disait Bernard de Clairvaux Elle est une certitude.

Comme pour tout procès en Juriste d’envergure Gildard Guillaume donne un cadre. En trois Titres :

Titre Un : Le Cadre général situe la géographie, l’histoire La femme juive e au 1er siècle de notre ère, le Droit des Hébreux. Une Interprétation des textes juridiques et des textes sacrés. L’adultère : droit comparé. L’exemple du droit pénal français et pour terminer Le cadre temporel.

En Titre deux : Acteur principal : Jésus, son enseignement, Jésus et la Loi. Jésus et le Temple. Jésus et les femmes .Jesus et la femme adultère. Les  acteurs secondaires.

En Titre trois Le Procès .Personnages. L’accusation. La Défense .La Procédure. Le Jugement.

Sur le plan historique la densité des renseignements et leur acuité sont d’une grande richesse. Les sources les plus rares sont mises à jour y compris les dernières recherches archéologiques pratiquées en Israël actuel et autres places du moyen orient.

On voit  se dessiner,  ce point essentiel est absolument négligé, voire dissimulé par le catholicisme en particulier,  la modernité de la pensée du Nazaréen sur la femme.  L’émergence de la femme comme acteur dans une religion monothéiste se devait d’apparaître. L’Antiquité, les Celtes, les autres religions nordiques européennes  donnent aux femmes des rôles de Déesses, vestales, Sybille[2] etc. Celles issues du Moyen Orient avec leur marginalisation foncièrement patriarcale ne tiennent plus la barre de la société. [3]

Enfin les sources citées ouvrent un large répertoire où plonger pour d’autres lectures sur le sujet.

Un modèle de livre instructif et passionnant.

Gildard Guillaume

Jésus et la Femme Adultère

Éditions Thaddée 2, rue Casimir Delavigne 75006 Paris

Amalthée

.

 

 

 

 



[1] Histoire des idées politiques Dalloz Paris 1984n P.135

[2] La Sybille qui annonce la naissance d’un sauveur par une vierge sacrée (grecque)

[3] D’où le rejet actuel par de nombreuses  femmes de ces religions.

 

 

Connexion

Les livres

Hélène Cadouin dite "AMALTHÉE"

Borde Basse

82 150 Saint Amans du Pech

France

06 44 02 32 12

Aller au haut