Mon panier

 x 

Panier Vide

Festival scénique sacré.

Ultime  pièce du Maître fruit d’une destinée exemplaire de l’artiste “romantique“ et visionnaire . Toutes les recherches, les qualités originales comme les théories musicales, théâtrales et littéraires de Wagner  aboutissent dans la refonte de ce drame venu du fond des âges.Un drame tiré du manuscrit du troubadour Wolfram von Eschenbach : Parzifal.

Ce roman courtois de 25 000 vers datant des environs de 1200 qui  lui même fut inspiré de Perceval, Le Comte du Graal   du célèbre  Chretien de Troyes ( fin du 12e ).

 

Pour Richard Wagner la période de composition musicale s’étendit de 1877 à 1882. Les premières esquisses du livret remontant à 1857 et se suivent à intervalles irréguliers  jusqu’en 1877.

 

Il a terminé le Ring en 1874 et s’est occupé de le monter avec son Festival à Bayreuth jusqu’à fin 1876.

 

Rappelons que le personnage de Wolfram von Eschenbach est présent aux côtés de Tannhäuser , l’opéra écrit en 1845 dont mon reportage est paru dans ce journal la semaine passée.

 

Le creuset wagnérien est unique. Ses thèmes fondamentaux sont récurrents.Le rachat des fautes par l’amour  désintéressé,  comme la solitude irréfragable de l’artiste !  L‘incompréhension quasi générale du génie original…… créateur, chercheur etc. Le sort terrible qu’il connut, lui, Wagner Plongé inévitablement au sein de la société “matérialiste“!

 

Comme pour chaque oeuvre de Wagner cherchons Wagner parmi ses personnages.

 

Je suis tentée de le trouver à la fois en Parsifal et en Gurnemanz!

 

Parsifal à Bayreuth cette année

 

Pour la Troisième année de cette production  Uwe Erich Laufenberg Metteur en scène, n’a pas opéré de changement notoire dans ce décor venu des pays du Moyen-Orient à une époque semée de terreurs guerrières, il tente d’apaiser les haines à l’instar de Wagner qui, dans cette oeuvre, prône l’abandon de toute vindicte.

 

 Semyon Bichkov au pupitre renouvelle sa direction musicale fervente et svelte. Amenant le premier acte en moins de deux heures il clôt la représentation en quatre heures.2 pour les trois actes . Une direction aérée et liquide, suggestive et attentive , déroulant l’action dans tous ses sens avec un raffinement absolu des sonorités qui laisse une place audible aux pupitres solistes et aux chanteurs, mettant en valeur leurs expressions et leur interprétation personnelle .

 

Son prélude magnifiquement rythmé s’empare de l’atmosphère avec une grâce infinie soutenue d’une tension dramatique parfaitement dosée. On éprouve la sensation d’une vague  portant  au loin, hors limite  .

 

Le Parsifal d’Andreas Shager est saisissant de vérité , d’un caractère intrépide, tranchant . Musicalement impeccable. Le souffle généreux , l’émission nette et  justement expressive .Un chant  parfaitement timbré, légèrement métallique qui convient au “chaste fol“ . L’harmonie, le légato et les passages  de registres, égalent la justesse et la franchise de la voix  .

 

Un premier acte d’enfant découvrant le monde , déboussolé en  fin de premier acte , que l’on retrouve câlin en première partie du second et dominant à la fin .Avec  un troisième  acte saisissant de franchise, de compassion naturelle que  les  passages   merveilleusement lyrique,  conduits avec détermination servent d’un chant  clair ,plus timbré, tel un instrument qui monte avec une  éloquence  vigoureuse et pourtant superbement sereine !

 

La Kundry de Elena Pankratova s’impose en magnifique  séductrice profondément vénéneuse…et puis par moments maternelle . La voix  conduite avec une  maitrise musicale parfaite et souffle puissant mais indécelable atteint à une émission et un phrasé  riches et opulents en variantes de nuances et d’expressions. Cette Kundry  peut entrer dans la légende  de Bayreuth .Son deuxième acte est un modèle incomparable avec un chant  subtil,  en nuances moirées ,suggestives et sensuelles qui pénètrent , charment, étourdissent et bouleversent . La beauté plastique et les expressions du visage apportent un concours certain à la fascination éprouvée par le spectateur. 

 

L’Amfortas de Ryan McKinny vécu et exprimé dans une fièvre et une douleur dévastatrice  bouleverse l’auditoire . Un mélange de dignité, de colère  éperdue et de révolte bouleversante. Le timbre est jeune , sombre dans les graves et plus clair du médium à l’aigu mais égal en intensité à tous les registres . L’expression, la prosodie et le phrasé directs, bien étudiés, élaborés avec naturel et aisance.

 

Mais ce qui a retenu une attention toute particulière est la venue de  Günther Groïssbock dans le rôle écrasant de Gurnemanz3 dont il impose  la présence avec humaine grandeur et parfaite autorité. Voix à toute épreuve, large et longue, techniquement  maitrisée,  capable de tenir les distances wagnériennes sans problème.

 

Un timbre de basse mordoré et une tension vocale qui semble d’une vaillance sans limite.

 

Le reste de la distribution est tout aussi remarquable comme les choeurs. L’orchestre dont les instrumentistes sont toujours les meilleurs pupitres d’Allemagne et de certains pays d’Europe atteint un. niveau incomparable.

 

Il est vrai que Bayreuth est une aventure tout à fait particulière et que ceux qui y viennent jouer sont investis de la même passion que ceux qui achètent les billets. 

 

Pour la mise en scène, cette vision de  Parsifal qui tient la durée des années en remplissant sa mission de drame exemplaire , mêle le profane et le sacré, l’ésotérisme et la réalité.

 

Dans notre “nouveau monde“désenchanté , déchristianisé, souvent inculte, qui pleure comme un crocodile sur les flammes des cathédrales non parceque ce sont “partie de notre mémoire“ mais les privent de recettes touristiques  , il nous reste encore quelques îlots de sauvegarde et de rêve que La radio et la télévision nous aident à connaître.

 

Profitons en avec internet et France Musique qui nous aide à les connaître. Il se trouve une version venue de Berlin sur You tube en intégrale avec justement Andreas Shager.

 

Aussi découvrez cette oeuvre superbe et d’autres, chez vous au moment qui vous sera le plus propice.

 

Choisissez Parsifal, ajouter Wagner et laissez vous guider. De préférence faites cela avec un ordinateur dont vous n’avez pas usage pour votre travail.

 

 Amalthée

 

Le livret de Parsifal suit la partie centrale du canevas légendaire .

 

Parsifal est ce “ garçon chaste, pur et bon“ appelé “fol“. Il est le fils du Chevalier Gamuret mort aux Croisades et de Herzeloïse noble dame qui élève l’enfant loin des hommes d’armes, loin de tout ordre social et en pleine  nature.Un gentil enfant des bois dont elle veut ignorer la force comme la puissance afin de l’empêcher de chercher l’aventure comme son père.

 

 Un jour pourtant  , ayant vu des chevaliers dans la forêt, Parsifal abandonnant Herzeloïse , oubliant ses pressantes demandes, part à la rencontre de son destin muni de ses seuls vêtements et de son arme de chasse.

 

Le Graal, vase sacré dans lequel Joseph d’Arimathie4  a recueilli le sang du Christ en procédant à l’inhumation,  est gardé par ses Chevaliers. Titurel Prêtre Roi, en  a laissé la souveraineté du lieux et la mission de présenter en élévation  le vase à l’assemblée de Chevaliers, à  Amfortas, son  fils.  Montsalvat,  leur royaume, est situé dans les  Pyrénées 5septentrionales . Sur le versant méridional vit dans la haine, leur ennemi juré Klingsor Le Magicien, ancien chevalier rejeté par Titurel comme postulant de servant du Graal . Il s’est  castré et Il leur  tend régulièrement des pièges avec des jeux lascifs et des chants sensuels dansés et entonnés par de belles courtisanes appelées Filles Fleurs en un jardin de rêve.Il a juré de les détruire.

 

Certains chevaliers se laissèrent tenter par le séjour de Klingsor et ne revinrent jamais.Amfortas a voulu le faire disparaitre, mais il  a cédé à la tentation  de découvrir le château et ses sortilèges en se croyant protégé par la force de sa foi. Emporté par l’érotisme d’une superbe femme, il a perdu tout contrôle et Klingsor s’est emparé de  la lance sacrée de l’Ordre ,puis l’ a blessé  au flanc; irrémédiablement. La blessure ne se referme pas et chaque cérémonie du Graal est pour Amfortas un martyre.

 

Kundry est la Messagère des chevaliers, mais elle appartient  aussi au monde des mages et des fées.Est-elle éternelle ou temporaire?  Héritière de Hérodiade ou de Marie Madeleine? Elle obéit à Klingsor , tombant en son pouvoir de temps à autre et prend le rôle d’ensorceleuse et de sulfureuse séductrice pour les cas et les prises de choix. Amfortas  fut sans doute l’ un d’entre eux ?

 

Ce sont des étapes  de tribulations dans l’espace infini et peut-être le temps immémorial ,un moment perceptible sur cette terre. Kundry apporte des onguents, baumes et  aromates thérapeutiques aux Chevaliers , plus particulièrement à Amfortas. Elle veut Servir…obtenir le Pardon…Certain la craignent comme sorcière et d’autres tel Gurnemanz le préfet des Chevaliers du Graal , l’ont en compassion .

 

Parsifal arrive à Montsalvat ayant tué un cygne. Les chevalier sont bouleversés et veulent le corriger. Gurnemanz prend la direction des opérations et conduit le jeune homme à la cérémonie d’élévation du Graal dont Amfortas , sort titubant ,comme égaré par cet effort et  perdant connaissance.

 

Alors, une prédiction annoncée par une voix céleste dit que seul un être chevaleresque pur et simple(fol) pourra reprendre  la Lance tombée aux mains de Klingsor.

 

Gurnemanz renvoie Parsifal sur les routes. Il doit faire son apprentissage d’homme. En réalité s’ Initier , puisque l’élévation du Graal n’a pas déclenché en lui de curiosité6 .Le jeune homme dit n’avoir pas compris ce qui venait de se passer au cours de la cérémonie. Et de plus il semble ignorer jusqu’à son vrai nom…

 

Les années s’écoulent;

 

Au deuxième acte Parsifal arrive  chez Klingsor et se délecte des cajoleries de dames de petite vertu qui tourniquent autour de lui. Soudain Kundry entre en scène sur un appel langoureux et gainé lui rappelant le nom que prononçait sa mère:Parsifal!

 

S’ensuit l’ échange entre les deux êtres qui en viennent à  batifoler . Mais après de sérieuses voluptés Parsifal, comme  dans une illumination saisit ce qui fut et ce qui entraîna la perte d’Amfortas et des autres chevaliers ! La perte de conscience d’Amfortas et le vol de la Lance. Et surtout la plaie d’Amfortas qui ne se ferme pas!

 

Et, tandis  que Klingsor le croyant abandonné au plaisir dans les rets de Kundry, projette  la Lance  sur lui, aux fins de le blesser, Parsifal s’en saisit au vol et invite Kundry à le rejoindre à la dernière étape de son parcours initiatique : Montsalvat

 

Au troisième acte, bien des mois, voire des années ont passé;Gurnemanz et Kundry attendent que commence la cérémonies du Vendredi Saint. Parsifal arrive couvert de la poussière du voyage. Il plante la Lance dans le sol meuble des abords du château. Gurnemanz comprend que Parsifal est parvenu à son état de grâce et d’accomplissement initiatique.Au cours de la cérémonie de Vendredi Saint Parsifal  tout d’abord applique la Lance sur la plaie d’Amfortas et la ferme. Puis il assure le service du Graal et ainsi prend la place d’Amfortas pour régner sur  Montsalvat.

 

Ainsi s’achève ce drame sacré par la rémission des fautes absoutes  et la reconquête d’un symbole de paix universelle par les Chevalier de la foi et du Bien.

 

Wagner qui fit construire Bayreuth pour représenter ses opéras et fonda le Festival en 1876 avec Le Ring, donna la première de Parsifal le 26 juillet 1882 sous la direction de Hermann Levi.

 

Wagner   interdit les représentations de Parsifal   en dehors de Bayreuth pour trente ans. Il voulait ainsi conserver des moyens financiers à sa famille. Mais également voulut que l’on  distingua l’oeuvre des autres en soulignant son caractère dégagé de toute idée de pièce vouée à la distraction .

 

Dans notre “nouveau monde“désenchanté , déchristianisé, souvent inculte, qui pleure comme un crocodile sur les flammes des cathédrales non parceque ce sont “partie de notre mémoire“ mais les privent de recettes touristiques  , il nous reste encore quelques îlots de sauvegarde et de rêve que La radio et la télévision nous aident à connaître.

 

Profitons en avec internet et France Musique qui nous aide à les connaître. Il se trouve une version venue de Berlin sur You tube en intégrale avec justement Andreas Shager.

 

Aussi découvrez cette oeuvre superbe et d’autres, chez vous au moment qui vous sera le plus propice.

 

Choisissez Parsifal, ajouter Wagner et laissez vous guider. De préférence faites cela avec un ordinateur dont vous n’avez pas usage pour votre travail.

 

Amalthée

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 Bühnenweihfestspiel

 

2 Moins rapide que Boulez (en 1970 en 3h39. Toscanini en 1931 avait fait 4h48 le plus long temps à Bayreuth

 

3 Il sera le Wotan du nouveau Ring en 2020

 

4 personnage ajouté au Nouveau Testament par les Évangélistes

 

5 bastion dominant un région occupées par les arabes en ces siècles(du huitième siècle au seizième siècle l’Espagne est occupée par les Maures.

 

6 dans le Pazival de Escenbach :il n’a pas posé la question salvatrice au Roi pêcheur(Amfortas)

 

 

Connexion

Les livres

Hélène Cadouin dite "AMALTHÉE"

Borde Basse

82 150 Saint Amans du Pech

France

06 44 02 32 12

Aller au haut