Mon panier

 x 

Panier Vide

Parsifal 1/2

 Ultime accomplissement de l’œuvre de Richard Wagner

 L’opéra de Zurich a donné six représentations à guichets fermés de Parsifal.  Les cercles Wagner y étaient représentés en force. Richard Wagner et la Suisse tissèrent des liens très étroits, c’est à Zurich  que le jeune Kapellmeister se réfugie en 1849 après les émeutes et la révolution de Dresde. Il y vécut neuf années  dirigea de nombreux concerts écrivit une partie de son œuvre. Lors de son second mariage il vécut à Lucerne et sa villa est  un musée dédié entièrement à sa vie et son œuvre.

 Il apparaît de plus en plus clairement  que pour saisir la magie ou même plus simplement l’intérêt de rencontrer l’œuvre de Wagner, une initiation, si limitée soit-elle s’avère nécessaire.

J’aimerais, alors que nous sommes en période de Carême, donc avant le temps pascal, vous guider un peu dans ce qui  apparait comme le labyrinthe wagnérien. En réalité Parsifal est bien un achèvement  magnifique et nul n’imagine que Wagner aurait “oublié“ d‘écrire un chef d’œuvre de plus, tant l’ultime pierre de l’édifice  l’accomplit.

Parsifal “der reine Torr”,  que l’on traduit par pur et simple, innocent. [1]Ne sait plus d’où il vient, ne connaît pas bien son passé. Il débarque au pied de Monsalvat, château, forteresse et pays. Là où régna Titurel qui s’est retiré au profit de son fils Amfortas. Amfortas blessé in guérissable .Tous deux Rois et chevaliers. Tous deux à la tête du château forteresse  destiné à abriter le Graal. Les autres chevaliers  vivent et attendent  à des périodes scandées que le roi découvre le Graal de son coffret pour être régénérés et poursuivre leur saint office.

En un temps reculé Klingsor, ancien chevalier du Graal, jaloux et orgueilleux s’est mutilé et enfui afin de dérober la place de Titurel, puis d’Amfortas. Il a construit un lieu de délices et de perversion afin d’attirer les chevaliers,  les pervertir et les tuer.  Il utilise  une femme superbe, Kundry,  de personnalité double, tantôt au service des chevaliers de Graal, tantôt séductrice irrésistible dominée par Klingsor. Amfortas  a chuté aux filets de l’amour charnel chez Klingsor. Mais parvenu à s’enfuir blessé il a rejoint Monsalvat où il survit en prenant des bains chaque jour, bien que sa blessure ne se referme jamais. La Lance d’Amfortas est demeurée aux mains de Klingsor.

Lorsque Parsifal arrive devant Gurnemanz et les autres chevaliers, nul ne sait reconnaître dans ce grand dadais qui vient de tuer un bel oiseau blanc, celui qui en apposant la lance perdue, par Amfortas guérira la blessure. Donc rédimera la faute.

Le Graal apparaît donc le but de toute vie bien accomplie sur le plan individuel et spirituel. Parsifal arrivant à Monsalvat au premier acte, est au début de son initiation. Le  long périple qu’il accomplit est vécu avec l’écoute de la musique de Wagner.

Le drame s’achève alors que Parsifal devient à son tour le souverain gardien du Graal. Comme la prévision  en a été faite aux Chevaliers.

Mais revenons un peu en arrière, pour permettre au plus grand nombre d’étendre leurs connaissances.

Le 26 Juillet 1882 voit la création de Parsifal “Festival scénique sacré“[2]  au théâtre de Bayreuth fondé par Richard Wagner.

Wagner interdit de représenter l’œuvre –en d’autres théâtres-durant les vingt années suivant son décès (Février 1883 à Venise).

 Deux motifs : Parsifal ne doit pas être considéré comme un divertissement  lyrique. Ensuite et surtout afin d’assurer à sa famille des revenus valables   durant une longue période.[3].

Une première particularité : l’exécution  peut se dérouler entre  Trois heures trente neuf minutes (Pierre Boulez à la direction (Bayreuth 1970) et Quatre heures quarante huit  (Arturo Toscanini, Bayreuth1931). Renseignements donnés par le calendrier des exécutions de la collection de la villa Wahnfried à Bayreuth.[4]

D’autres chefs comme [5]Klemperer, Karajan, Cluytens, Knappertsbusch, Levine, prirent des tempi à leur mesure. Étant observé que la durée  du premier acte, principalement  déclenche la durée de la représentation générale des trois actes.  Ainsi  il se déroule entre  une heure quarante, et  l’avancée dynamique  sera allante, et   deux heures ; l’affirmation d’une réflexion profonde, primant  l’action.

 

L’oeuvre de Wagner dans son quasi totalité évoque le rapport de l’homme à la nature.

Parsifal  est fils de chevalier –Gamuret-mort alors que l’enfant est à naitre, mais ignore ses origines. Seule sa mère Herzeleide semble avoir veillé sur une enfance de coureur de bois et chasseur. Ce qui pouvait être et ne le réduit pas à la position de vagabond ou serf, dans un pays dévasté par les conflits de peuples et la période trouble des Croisades. Il est le Chaste Fol qui devra tout apprendre par expérience et épreuves[6]  avant de rédimer Amfortas et ainsi prendre place parmi les chevaliers gardiens du Graal, pour devenir le nouveau souverain de cette caste de chevaliers[7]. Le thème de la quête du Graal [8] est le sujet de tout un pan de la littérature européenne du Haut Moyen âge. Tout se déroule dans un lieu lointain. Ce que nous savons en wagnérien averti depuis Lohengrin (1850).

D’après ses écrits nous connaissons l’amour que portait  Wagner à la nature, il fut un grand marcheur, nous dirions aujourd’hui randonneur. Une immense part de son inspiration vient de là. L’autre de ses lectures, de sa passion pour le  Haut moyen âge et  l’art des trouvères et troubadours. En allemand Minnesänger dont nous fîmes la connaissance avec Tannhäuser (1842)[9]

Parsifal ultime composition tire son argument du poème en vers, épique  et courtois de chevalerie, Parzival écrit en Haut allemand, Perceval dans la tradition littéraire du Roi Arthur.  L’auteur  Wolfram von Eschenbach né en Bavière près de Ansbach, vers 1180 compte comme  l’un des  principaux Minnesänger. Nous savons cela aussi par l’œuvre la plus emblématique de Wagner Les Maîtres Chanteurs de Nüremberg (1862)

Lorsque Richard Wagner  achève Parsifal, ses forces ont sérieusement décliné, il s’éteindra à Venise au Palazzo Vendramin le 13 février 1883.

A Suivre avec le commentaire des représentation de Zurich la semaine prochaine

Amalthée



[1] Adolescent élevé loin du monde courant doté d’intelligence mais qui attend instruction et éducation.

 Doté [2] Sous titre original (de R.W) en allemand : Bühnenweihfestspiel

[3] La question des droits d’auteur ne sera correctement résolue qu’à partir de Richard Strauss et se collègue à la fin du XIX° et début du XX° siècle.

[4] Villa familiale construite à Bayreuth par le compositeur et siège de la fondation du même nom

[5] Non limitatif

[6] Sens initiatique du terme

[7] Nous devons remonter l’histoire, Lohengrin est le fils de Parsifal

[8] Vase dans lequel Joseph d’Arimathie aurait reçu le sang du Christ conservé en un lieu secret par les chevaliers du Graal

[9] Cinquième opéra de R.W et son premier grand succès.

Connexion

Les livres

Hélène Cadouin dite "AMALTHÉE"

Borde Basse

82 150 Saint Amans du Pech

France

06 44 02 32 12

Aller au haut