Mon panier

 x 

Panier Vide
Notre Dame de Paris en Flamme

Nous reste cependant l’espoir de pouvoir sauver l’orgue séculaire.

Ce que les révolutions et les guerres avaient préservé, les imprudences et les négligences de notre époque l’ont permis.1 L’un des chefs d’œuvre mondial de l’art gothique, Notre Dame de Paris est aujourd’hui l’ombre d’elle-même. Sa toiture d’une valeur à peine estimable, dont certains bois dateraient de l’époque du temple d’Apollon(époque de Lutèce) sont consumés à jamais.

Si le monde entier déplore cet événement. Nous aimerions rappeler, nous gens de foi et de croyance, que Notre Dame de Paris a été érigée en hommage à la vierge Marie, mère du Christ.

Bien que ce bâtiment appartienne au patrimoine mondial, il demeure, en tout premier, partie de l’Art sacré, même si l’on y a célébré des offices républicains, voire athées.

Il faudra au moins vingt ans pour lui redonner un aspect ressemblant à celui que nous avons connu. Il faudra des milliards sans doute.

Mais le sang et les larmes des tailleurs de pierre et des charpentiers qui ont œuvré ici depuis des siècles, les pierres et les ciments comme les peintures et le bois des jubés dont on fit usage ne sont plus ! Les prières se sont perdues. Le chant des troubadours sonnera dans le vide interstellaire pour le dit d’un autre monde : celui où les gardiens des temples sacrés étaient à l’œuvre pour leur protection. À présent nous les avons à jamais abandonnés aux marchands nous sommes au temps de la misère des hommes sans dieu.

 

18h50 lundi 15 avril :

Les portes ont été fermées, visiteurs et ouvriers ont quitté les lieux.

Le feu serait parti à la jonction du toit, près de la flèche qui s’effondre la première vers vingt heures.

Les chaînes de télévisions sont sur place et filment en direct cette violente, épouvantable et tragique catastrophe. Le Président de la République renonce à son allocution et vient regarder le sinistre à côté d’autres témoins politiques.

Le feu ne sera maîtrisé définitivement que le 16 vers 10 heures du matin. Une enquête est ouverte. Les dégâts sont incommensurables.

 

Histoire :

La construction fut commencée sous Louis VII par l’évêque Maurice de Sully et durera de 1163 à 1345. Par la suite de nombreuses améliorations et décorations viendront s’y ajouter. Comme la flèche ajoutée au XIXe par l’architecte Violet Leduc. Les travaux de la nef sont commencés en 1182

La toiture en chêne 100 mètres de long, entre 13 et 40 mètres(à l’abside) de large et 10 mètres de hauteur est la seconde charpente mise en place après la première provisoire (1160-1170) elle fut commencée en 1200 et reprenait certains bois provenant de la première, donc des bois de 300 à 400 ans un immense chantier d’existence à cette époque2. La plus vieille charpente en bois de Paris après celle de St-Pierre de Montmartre (1147).

La charpente est recouverte de 1326 plaques de plomb d’une épaisseur de 5 mm pour un poids de 210 tonnes.

 

Le déroulement visible du sinistre :

C’est cette charpente d’une valeur inestimable qui alimenta le brasier sous nos yeux, s’élevèrent dans les airs lancés comme des projectiles des bois de la taille d’un arbre tourbillonnant dans les flammes et dans le ciel devenu rose sombre. L’incendie prit une dimension colossale en une demi-heure à peine.

Or le plomb entre en fusion à 327,5 degré C, et sa caractéristique est de se figer, de retrouver sa solidité immédiate en fuseau au contact de l’eau froide.3 La crainte d’une pluie de fuseaux de plomb sous l’incendie en raison des tonnes d’eau déversées sur le gigantesque foyer et l’épaisseur des fumées comme les températures ont constitué des freins et des circonstances aggravantes à la maîtrise du sinistre. Les pompiers de Paris corps d’élite furent bientôt 500. Équipés de lances et de camions à échelles qui déversèrent une pluie dense et continue. Quelques-uns tenteront de pénétrer à l’intérieur de la cathédrale, mais le risque d’intoxication au plomb entre autre, étant de cent pour cent il fallut y renoncer.

D’autres parts la cathédrale est construite sur l’île de la Cité cœur primitif de Paris4 et depuis des siècles les maisons et les immeubles s’y sont agglomérés formant un quartier difficile à traverser pour les engins vraiment efficaces.

Les tours sont épargnées. Quelques objets du trésor ont été mis à l’abri.

 

Le grand orgue qui avait échappé à la voracité de la révolution, grâce à l’interprétation de musiques patriotiques (1792 Balbastre y va de variations sur La Marseillaise et l’air Ça ira ) lui est probablement sauvé. Ses tuyaux en plomb n’ont pas fondu, mais il faudra certainement vérifier et soigner l’ensemble des 8000 tuyaux.

Il a été l’objet de tant de soins depuis le 13ᵉ siècle, alors que Perrotin le grand jouait sur un positif. Très connu dès les 13 et 14ᵉ siècles Reconstruit et restauré en 1868, par le célèbre Aristide Cavaillé-Coll, initiés par l’architecte Viollet-le-Duc, il trouve sa plénitude symphonique avec 86 jeux, sur 5 claviers et pédalier. Trois organistes titulaires Vincent Dubois, Olivier Latry et Philippe Lefebvre ont tremblé de voir à jamais disparaître chef-d’œuvre. La voûte pouvait tomber dessus.

Vincent Dubois a prié toute la nuit rapporte-t-il. Cependant l’état de l’instrument et de ses 5 claviers et 109 jeux demeure préoccupant.

Olivier Latry vient d’enregistrer sur cet orgue un disque Bach pour le futur chez Dolce Volta qui fait grand effet avec notamment la Toccata et fugue BWV 565. Le disque est sorti le 21 mars 2019

Souhaitons que ce disque porte bonheur à tous et qu’une possible reprise des concerts soit possible.

Selon Eric Brottier ingénieur au CNRS la dalle qui se trouve au-dessus de l’orgue l’aurait protégé.

 

Le monde entier s’émeut. Les dons promis pour la reconstruction affluent. Beaucoup de gens ont pleuré.

La cathédrale mesure 4800 mètres carrés. Sa flèche mesurait 96 mètres. La hauteur de la voûte 33 mètres et de la toiture 43 mètres.

Cinq offices par jour y étaient célébrés. Elle recevait environs 13 millions de visiteurs par ans soit une moyenne de 30 000 par jour.

Beaucoup ont prié. À présent il nous reste l’espoir de pouvoir rebâtir Notre Dame… Peut-être.

 

Amalthée

 

1 Il n’y avait apparemment aucune surveillance à notre Dame alors qu’un immense chantier était en cours.

2 ce qui fait remonter les premiers bois de la charpente à l’époque des Childebert

3 site www.jeanduperrex.ch

4 lutetia parisiorum pour les romains car le peuple gaulois les Parisii l’occupèrent dès le 3 ème siècle avant JC. Sa devise est fluctuat nec mergiture, je flotte et ne coule point

Connexion

Les livres

Hélène Cadouin dite "AMALTHÉE"

Borde Basse

82 150 Saint Amans du Pech

France

06 44 02 32 12

Aller au haut