Mon panier

 x 

Panier Vide

Entracte

 

Reposez en Guerre

Par Gildard Guillaume

 

Au milieu de cette Rentrée très difficile - toutes professions confondues-  quelques heures  restent pour attraper de la lecture !

Qu’elle soit pétulante  nous fait le plus grand bien.

La voici un roman sous forme d’enquête de police au cœur du saumurois. En un temps largement passé début du 19e siècle, mais tellement présent encore à nos esprits et si proche de nos sensibilités.
Un roman donc : assez long pour vous tenir une fin de semaine, assez rapide pour ne pas déborder  votre emploi du temps.

Voici un Enquêteur très particulier que nous présente Gildard Guillaume, historien et écrivain bien connu de nos lecteurs.[1] Cette fois il nous emmène cheval au gallot, à cheval au trot et en calèche, classique ou mystèrieusement noire ! Parcourir sa belle contrée autour de Saumur. Motif : des crimes affreux suivis d’exposition des cadavres sur les tombes de différents cimetières de la région. Morts  sordides et martyres,  d’une cruauté avérée à chaque fois.

Pline alias Adrien Sontet du Caudois, bel homme solide et élégant à la voix de basse chantante, un rien galant et très apprécié  de belles dames, occupe la position  de Juge.

Le plus souvent possible il règle des affaires entre particuliers à l‘amiable pour les empêcher de dégénérer . Sa réputation d’autorité , de parfaite équité comme l’étendue de ses connaissances sont  connues , très appréciées de tous. Ses antécédents , sa carrière militaire et son caractère  d’homme entreprenant le placent parfaitement proche du commissaire Sebastien Cuzet auquel les enquêtes reviennent et qui très souvent fait appel au Juge Pline.

Louis XVIII est sur le trône. [2], la France avance dans le siècle et vers son avenir. En paix. Mais coupée en deux. Une partie de la société s’est accommodée des suites administratives, sociales et politiques des Régimes successifs : Révolution, première République, Directoire, Consulat, Empire et à nouveau Monarchie restaurée, cette fois elle semblait constitutionnelle.  Pour l’autre partie :pas question ! C’est  Non. Les scélérats Sans Culotte et autres “buveurs de sang“ , pilleurs, violeurs, assassins de toutes espèces doivent payer leurs méfaits commis pendant la Terreur ! Et le payer cher.

Car les mentalités, les rancoeurs et rancunes , quittent rarement  les hommes qui les portent en eux . Le temps  n’apaise   que les blessures  légères… Peu ou pas les crimes.

Le “ci devant“ d’hier , même s’il s’est reconverti sous l’Ordre social et politique qu’impose la survie ou pas, et/ou bien   s’il a eu la possibilité de recouvrer tout  ou partie de ce qui provenait de ses titres et droits et héritages ne passa pas toujours l’Éponge sur le terrorisme révolutionnaire sous toutes ses formes.  Les impunis en payèrent parfois le prix malgré leurs stratagèmes pour échapper à leur crapuleux passé. 

Pour certaines victimes et descendants de ces tortionnaires révolutionnaires, la vengeance , la vengeance absolue fut un irréfragable devoir. Une exigence. Un but. Une nécessité. Quitte à commettre à leur tour  les pires atrocités et à y prendre un morbide plaisir.

Ce roman reflète une époque de lourds conflits d’opinion et de morale. Un nombre  de questions se présentèrent aux hommes et femmes instruits et capables de réfléchir aux véritables nécessités du temps et du progrès dans les années 1820.  Témoin d’une  époque et de l’esprit de Province il faut aussi se souvenir que la Révolution a révélé l’esprit de la France dans toutes ses couleurs de patrimoines et de connaissances. Dans ses différences de mœurs et de culture souvent en opposition au centralisme de Paris, la Cour et déjà la Politique.

 Vous avancerez sur ce chemin pavé de toutes les intentions possibles et imaginables. Mais je vous défie de deviner ce que les enquêteurs vont à la toute fin de ce roman découvrir sur les mobiles et les façons d’agir. Une dizaines de crimes !

Une course poursuite , des jeux de piste très subtils, un jeu de cache cache avec des sbires, des hommes de mains tous complices et difficiles à cerner.

Le juge Pline blessé dans un attentat destiné à le faire taire, lui même y risque sa vie !

La densité psychologique est fascinante. La peinture  de caractère sur les personnages, raffinée. Et surtout ! La fin est stupéfiante mais superbement logique et le déroulement des faits sans aucune erreur. Tout colle et s’imbrique à merveille. Et de plus comme par esprit de plaisir  !

On repose le livre sur un éclat de rire !

Il paraît que c’est le premier volume  d’une série de la même veine.

Pour l’heure  voici le titre à ne pas manquer

Reposez en Guerre !

Par Gildard Guillaume

Quint Feuille

Distribution

Saint Léger éditions

Amalthée



[1] Auteur de “La  Gourmette“ , roman commenté le mois dernier

[2] Frère de Louis XVI Guillotiné en Janvier 1793 On me dite de le rappeler.

Connexion

Les livres

Hélène Cadouin dite "AMALTHÉE"

Borde Basse

82 150 Saint Amans du Pech

France

06 44 02 32 12

Aller au haut