Mon panier

 x 

Panier Vide

 

Répertoire[1] et parcours  d’une dame de France  du vingtième au  vingt et unième siècle, cette autobiographie montre à première lecture l’ambitus très large d’une vie accomplie en  un destin hors du commun.

 

Car Nicole Morelle, pharmacienne  , chef de laboratoire biologique et pionnière de sa profession[2], faisant autorité dans sa vocation médicale , conserva  en double, précieusement , de belles heures pour rester la pianiste de son enfance.

Confidences et correspondances avec elle même, à l’âge adulte , elle embrasse l’orgue avec le cœur et le  talent d’une amateur éclairée  . L’ écrivain prend le relais de la gamine d’autrefois, au fur et à mesure de cette carrière aux exigences parfois impérieuses  de partage . Sans la plume ni la femme ni l’artiste interprète ne purent exister.  Encore aujourd’hui Nicole Morelle se sert d’un stylo et de papier pour exercer, laissant loin

l’ ordinateur dont elle a usé en suffisance dans son laboratoire  quarante ans durant.

L’Acte médical , la recherche  et  ses pratiques scientifiques en pleine évolution .  Une famille qui grandit  et  une œuvre d’interprète accomplie sur le mode d’étapes successives .

En fond de scène , la Nicole éprise de grand air , d’histoire de pierres et de campagne accompagne son cher   Jean Morelle à partir de 1968  dans la restauration des ruines du Château de Chartrené en Anjou.

 Aujourd’hui alors que le vent passe sur les feuilles d’un automne vibrant de projets elle  pense juste un peu à ses  palmes académiques et récompenses officielles mais paraît comme académicienne à Angers.   

Son dernier recueil de nouvelles Hôpital de Brousse[3] succédant à l’histoire de la restauration du château de Chartrené [4] nous espérions  cette  Autobiographie..

Chartrené . Un village au cœur de la France dont  trente années de patientes recherches et restaurations de leur part feront un lieu recevant la label des Monuments historiques et que l’on visite lors de Journées du Patrimoine et en dehors sur demande.

De sa petite enfance [5], elle a tout au long de son existence gardé le besoin existentiel et le goût prononcé pour la Musique.  De la jouer tout d’abord au piano puis à l’orgue et de l’entendre et la voir en concert et à l’opéra.   

Mais encore…Cet esprit , ce caractère fortement intéressé par la science et la recherche, le raisonnable, parfois l’indispensable terre à terre de base, possède le don de rêver, d’inventer , de transporter des êtres et des choses dans une  sphère transposée . Celle de la conteuse authentique qui ne rédige pas pour convaincre ou gagner des parts de lecteurs.  Celle où l’on  parle au  miroir ,  reflet  d’ un autre monde possible, celui du poète de l’illusion et du sentiment des affects imaginés.

Que de variantes dans toutes ces destinées. Que de rencontres inoubliables. Et combien l’on devine d’elle même parmi toutes ces heures attribuées à d’autres que les siennes les ont tissées à son insu ou volontairement comme portrait profondément étudiés et agissant.

 Par exemple L’Allée de Madame se passe en Sologne. Contrée  que Jean et elle connurent en  vacances avec leurs enfants  dans leur premières décennies de couple. Mais on  ne raconte nullement  ce que  Jean et Nicole vécurent alors , on parcours le destin de mannequins et de Couturiers …La porte de la 7e demeure nous plonge en musique d’orgue et interprètes de l’instrument et  conte l’ aube de deux destins parallèles  lié par un magnifique amour lointain ,  inabouti sur le plan charnel et qui flambe et flambera  d’une spiritualité enivrante.

 À chaque fois les caractères et les actes,  les relations s’harmonisent en destins uniques que l’on ne trouve nulle part ailleurs. L’évolution des sujets n’est nullement commandé par l’âge de l’auteure même si les milieux de déroulement sont dépendants de son existence propre et de ses métiers qu’elle exerce à un niveau supérieur, loin de tout amateurisme.

On peut compter deux périodes d’écriture, comme deux périodes pour l’interprète musicale. Avant  2004 et après. À partir de cette ligne séparant en filigrane la carrière j’ai rencontré-littérairement et musicalement –Nicole Morelle.       

 Elle a parfois écrit des feuilles d’un journal personnel en dehors de ses agendas. Du moins elle a colonisé dans un meuble de l’appartement de maman  un coin d’étagère. Là ses  écrits en piles ont pris la couleur du temps. Du temps à oublier parfois…

Sans doute le roman qui m’a le plus impressionnée est Opéra, paru chez Cheminement en 2005[6] . Pour ce voyage que j’ai pu parcourir avec elle  et le nombre des personnages il demeure très proche . 

Elle a fait son miel  de ses impressions , de ses sentiments tout au long de ce parcours dense, chaleureux , fortement humain et fièrement vécu avec intensité .  Dénuée de pathétique sa pensée ne frôle jamais la mélancolie, cette drogue si dangereuse à l’écriture lorsqu’elle est manipulée à trop grosse cuillère. Mesure pour mesure. Le tempérament- comme pour le clavier de J.S.Bach-  , le caractère de la femme, de l’écrivain, de l’humaniste transparaissent et tendent cette autobiographie   . Digne descendante de nos maîtres classiques Lavoisier ou Pasteur mais aussi Montaigne et Montesquieu comme Molière ,pour la nature humaine  et Racine le fin psychologue avant l’heure.

Nous allons de l’avant guerre de 39 /40 à aujourd’hui 2019. Nous revivons dans ce Paris devenu tout autre à présent.

L’essentiel de cet ouvrage se trouve dans l’authenticité du personnage qui se découvre à nous. Forte, fière et  aimable. Femme requise par ses projets, exigeant d’elle ce qui est indispensable pour atteindre le but. Se  passionnant avec énergie mais se gardant de toute fièvre d’accomplissement.  ne se berçant pas d’illusions mais ne perdant jamais espoir. Un style de femme maitresse d’elle même ayant à l’esprit   de maitriser métier,  art et destin .

Croyant en dieu elle ne porte aucun  jugements en la matière, mais respecte les croyances de chacun.

Nous partageons le goût du travail, nous aimons le “métier“, celui de la musique, celui d’écrire , de  cultiver l’art de bien “faire“  le mieux possible.

Aucun  penchant pour le superflu , les billevesées  et vantardises.  Nicole Morelle  paraît sans faille.  A-t-elle  été heureuse ?   Elle donne l’impression  en toutes choses et avec les  personnes   d’avoir fructueusement  partagé le temps , partagé l’essentiel du sentiment d’amitié, de camaraderie, d’amour évidemment avec un naturel parfait .

Que de belles qualités  à l’origine et que de dons bien cultivés . Combien il  a fallu aimer  et croire en son destin pour avoir accompli avec succès un tel parcours.

Avoir croisé  soi même  de tels artistes , écrivains est une chance .

Cette autobiographie vous sera une belle rencontre et une invitation ,si vous ne connaissez pas cet écrivain à la connaître.

Saint Léger édition

0241677930

Nicole Morelle

D ‘Âge en âge

Amalthée     

 

 

  

 

 

 



[1] Le répertoire, dans le sens de l’ensemble des œuvres créées et des œuvres interprétées comme des travaux et recherches accomplis

 

[2] Elle a exposé à plusieurs reprises les tenants et les spécificités de sa profession  devant les instances officielles au point de s’être vu proposer un poste de ministre.

[3] Début 2018

[4] 2016 chez Médiapole

[5] elle fut pupille de la Nation son père officier de carrière est mort à la guerre de 40.

[6] Sous la direction de J.L.Giard . 

Connexion

Les livres

Hélène Cadouin dite "AMALTHÉE"

Borde Basse

82 150 Saint Amans du Pech

France

06 44 02 32 12

Aller au haut